• Accueil
  • > Non classé
  • > La Jeunesse chrétienne à l’assaut de Pierre Mottu et du Crime Organisé

La Jeunesse chrétienne à l’assaut de Pierre Mottu et du Crime Organisé

A tous les Jeunes Chrétiens de Suisse

Chers Amis,

Alors que vous vous apprêtez à célébrer en Jésus-Christ, qui va s’offrir une fois de plus à la Messe des Jeune’s Day, l’inaltérable gloire de la Justice et de l’Amour, à quelques kilomètres de Lausanne, dans la plaine de l’Orbe, l’un de vos compatriotes, Marc-Etienne Burdet, s’étant héroïquement exposé aux persécutions de Satan par amour de la justice, subit actuellement les rigueurs d’une détention arbitraire et va dépérissant d’une grève de la faim qui menace de l’emporter.

Encore que les preuves de son innocence, dûment enregistrées par les pouvoirs judiciaires helvétiques, soient disponibles sur le net, Marc-Etienne Burdet se trouve privé de toute liberté et livré à l’abandon.

Pour quelle raison ?

Pour s’être engagé, au mépris de ses intérêts, à combattre, pour le bien de sa patrie comme celui du monde, une Organisation du Crime internationale ayant escroqué à l’inventeur Joseph Ferrayé des centaines de milliards de dollars de royalties provenant de ses systèmes d’extinction et de blocage des puits de pétrole, sans faire scrupule ni de ruiner jusqu’au génocide économique le peuple irakien, ni de blanchir les fonds détournés à travers le réseau financier d’Al Qaïda, ni de se couvrir par des assassinats (comme celui du juge français Bernard Borrel) et des attentats monstrueux (comme celui de Toulouse à l’usine AZF), ni, pour ajouter le comble, de faire main basse sur les institutions démocratiques et les transformer en un réseau totalitaire

On comprend ainsi que les pouvoirs publics ayant tous été corrompus pour priver Marc-Etienne Burdet de ses droits élémentaires, personne mis à part vous, s’il est vrai que l’Esprit Saint habite vos âmes, ne sera porté, peut-être, à venir à son secours.

C’est pourquoi les amis de Marc-Etienne vous lance un grand appel à l’aide !

Qu’y aurait-il de plus facile, pour des cœurs ardents comme vous, que de mettre à profit la ferveur du rassemblement de samedi, pour vous mobiliser en foule contre le terrorisme judiciaire qui frappe votre frère Marc-Etienne, en partant tous ensemble réclamer à l’administration pénitentiaire des Etablissements de la Plaine de l’Orbe (EPO), sa libération immédiate ?

En cette seule heure de dévouement, vous feriez retrouver à la sainte Eglise plus de vigueur et de crédit qu’en multipliant par dix fois les Journées Mondiales de la Jeunesse.

Et dans le monde entier l’on dirait après ça qu’éclipsant la révolte des moines bouddhistes en Birmanie, la jeunesse chrétienne s’insurge contre l’injustice et rétablit en Suisse l’Etat de droit.

Des jeunes admiratifs de votre héroïsme de partout viendraient en faire l’expérience, pour la gloire de l’Eglise suisse, et votre sainte insurrection ne laissant plus au Crime Organisé aucune marge de manœuvre pour retenir sous son contrôle les institutions du pays, les responsables publics honteux de leur laxisme commenceraient dès lors à faire le ménage au milieu d’eux.

Vous souvient-il comment, dans les Actes des Apôtres, la prière de Paul et de Silas les délivra de leur prison avec l’ensemble des captifs ?

« Tout à coup il se fit un grand tremblement de terre, en sorte que les fondements de la prison furent ébranlés ; au même instant, toutes les portes s’ouvrirent, et les liens de tous les prisonniers furent rompus. » (Actes 16 ; 26)

Or, ne sommes-nous pas, nous autres Chrétiens, par notre condition de frères adoptifs de Jésus-Christ, l’expression vivante de sa Justice toute-puissante qui rompt les chaînes des opprimés et restaure l’espérance d’un monde gouverné par Dieu ?

« J’étais nu, dit Jésus, et vous m’avez vêtu ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi. » (Mt 25 ; 36)

Dans quel état se trouve Marc-Etienne Burdet ? dépouillé de tous ses droits, c’est-à-dire nu ; sur la pente du déclin physique, c’est-à-dire malade ; prisonnier enfin et qui plus est emprisonné à cause de son amour de la justice : c’est Jésus qu’on martyrise !

Chère Jeunesse, allons-nous l’abandonner ?

Un soulèvement samedi de nous tous rassemblés et sa vie serait sauve et la justice serait vengée !

Sinon c’est la mort qui l’attend, et soyons sûrs que la peine de ses parents les tourmentera moins vivement que nous autres le sentiment de l’avoir laissé mourir.

Ne croyez-vous pas qu’il soit plus convenable de faire honneur à son héroïsme avant qu’il ne soit mort, que d’aller par la suite, avec une vaine culpabilité, comme les pharisiens hypocrites, lui bâtir un tombeau plein d’ornements ?

Rappelons ces robustes paroles du Père Nicolas Buttet, l’un des plus édifiants modèles que le Seigneur ait offerts ces dernières années à la jeunesse suisse :

« La résistance morale s’est émoussée. La capacité de s’indigner dignement et justement a presque disparu. L’Europe s’occupe de la fiscalité suisse à défaut d’affronter les vrais problèmes du monde. On minaude sur les feuilles déconfites de l’arbre écologique faute d’affronter la maladie à la racine. » (Le Nouvelliste – 2 mai 2007.)

« Il va falloir des figures de héros aujourd’hui pour renverser la vapeur. Le courage est ce qui manque le plus dans nos sociétés mondialisées. La déresponsabilisation rend tout le monde victime. » (Canoë infos – 28 septembre 2007.)

Ensemble donc ne soyons pas des victimes mais des héros : faisons trembler les murs du totalitarisme et libérons Marc-Etienne Burdet !

Allons-y tous, allons voir Jésus dans sa prison et délivrons-le !

N’est-ce pas là ce qu’aimait à faire la soeur Yvonne-Aimée de Malestroit durant l’occupation nazie ?

Il est vrai que Dieu l’avait douée d’une faculté d’ubiquité, mais n’avons-vous pas mieux, chers Chrétiens, que la bilocation, nous qui possédons le nombre et l’enthousiasme gigantesques où nous trouvera samedi Jésus-Christ présent dans l’Eucharistie ?

Chère Jeunesse, la Suisse tout entière compte sur ton grand cœur !

Défends-la de la Mafia, rends Justice à Jésus-Christ !

Merci à toi.

Pour tout renseignement, contacter Isabelle PROSINA : Tel +41 (0)76.520.51.51

http://www.dailymotion.com/video/4L5WJRzJrNGAOlCBt

Laisser un commentaire