• Accueil
  • > Non classé
  • > Pendant que Marc-Etienne Burdet se meurt, Georges-Marie Bécherraz se moque

Pendant que Marc-Etienne Burdet se meurt, Georges-Marie Bécherraz se moque

24 heures quotidien vaudois 

Burdet fait la grève de la faim en prison

BRAS DE FER : Incarcéré à Bochuz depuis juillet, l’ancien numéro deux d’Appel-au-Peuple poursuit sa guérilla contre la justice. (Les annotations en rouge sont de nous.)

Marc-Etienne Burdet - 24H

© Crédit photo | Marc-Etienne Burdet est incarcéré aux EPO pour y purger les vingt et un mois infligés à Lausanne pour calomnie qualifiée. | 24h-a

GEORGES-MARIE BÉCHERRAZ | 29 Octobre 2007 | 00h06

« Vu les iniquités des différents jugements me concernant, je fais une grève de la faim depuis le 6 septembre. J’ai déjà perdu plus de douze kilos et ma tension la pire a été de 70/80 », déclare [déclarait il y a 15 jours, aujourd’hui il ne perd plus de poids, il perd la vie] depuis la colonie des Etablissements pénitentiaires de la plaine de l’Orbe (EPO) – la section basse sécurité de Bochuz – celui qui fut candidat au Conseil d’Etat en 2003.

Marc-Etienne Burdet est incarcéré aux EPO pour y purger les vingt et un mois infligés à Lausanne pour calomnie qualifiée. Il persiste et signe dans les attaques [les légitimes défenses] qui lui ont valu sa condamnation et demande sa libération immédiate.

L’ancien numéro deux d’Appel-au-Peuple n’est ni le premier ni le dernier [« Fatalité, maîtresse de nos destins » comme dit la chanson] à user de ce moyen de protestation et il fait l’objet de la procédure appliquée en pareil cas, soit d’une visite médicale quotidienne [assistance euthanasique]. Pour l’heure, son état de santé ne lui interdit pas [plus qu’aux travailleurs des goulags et des camps nazis] de continuer à accomplir le travail auquel il est astreint en prison. Il est affecté à la cuisine, précisément à la vaisselle des [centaines de] codétenus.

Passé maître dans l’utilisation d’internet pour diffuser ses accusations, l’intéressé s’y exprime par l’intermédiaire de ses partisans à l’extérieur. On le trouve notamment sur un site international spécialisé dans les pétitions (www.gopetition.com/petitions/pour-la-relaxation-immediate-de-marc-etienne-burdet.html) pour réunir des voix réclamant sa relaxation. Une cinquantaine de signatures électroniques [Bof !], presque toutes issues de France [Pauvre France !], plaident actuellement pour lui.

L’homme présente ici sa cause au côté de milliers de requêtes de la terre entière [Pauvre terre !]. Cela va de la mobilisation en faveur de l’AOC pour la raclette valaisanne à une autre pour les droits de l’homme à Monaco ou la préservation de la forêt amazonienne, jusqu’à la condamnation de la boucherie chevaline au Canada ou de la viande de chien en Chine [Pauvre Valais, pauvre Monaco, pauvre Amazonie, pauvre Canada, pauvre Chine, comme vous voilà associés à ce charlatan de Burdet !].

Marc-Etienne Burdet avait été arrêté en plein tribunal. Il avait été condamné essentiellement pour n’avoir pu faire la preuve de sa bonne foi [faute d’impartialité du Tribunal pour qui la preuve de sa culpabilité se tirait, comme il est naturel, d’un procès-verbal d’audience censuré et d’une interdiction faite à la défense de citer des témoins à comparaître (On se souvient de Joseph Ferrayé interpellant Bécherraz au cours du procès : "Je vous surveille depuis un moment. Comment se fait-il que vous preniez des notes de tout ce que dit le procureur Cottier ou l'avocat de Mottu, mais que votre stylo pique un somme dès lors que s'exprime l'avocat de Burdet ?")] dans ses accusations de corruption dans l’affaire Ferrayé, du nom de l’homme d’affaires affirmant s’être fait voler son invention [ou laissant plutôt le journal télévisé d’Antenne 2, la revue spécialisée World Oil, etc, affirmer pour lui le vol de son invention dûment brevetée] pour éteindre les puits de pétrole du Koweït après retrait de l’Irak en 1991.

Jugé en même temps que lui, Gerhard Ulrich, président d’Appel-au-Peuple, ne s’était pas rendu à la lecture du verdict. Le mandat d’arrêt lancé contre lui pour lui faire purger immédiatement les quelques quarante-six mois de prison cumulés à l’issue de ce procès n’a toujours pas abouti [faute d’impartialité des policiers bien sûr ! Sourire].

Hi hi hi ! Rire Vivement le prochain spectacle de l’humoriste Georges-Marie Bécherraz ! Peut-être aux obsèques de Marc-Etienne ?…

24 Heures © Edipresse Publications SA (Société franc-maçonne anonyme)

Laisser un commentaire